Archives de catégorie : Des pratiques plastiques

S’entraîner au dessin

DESSINER

« Tu noteras des signes brefs sur un petit carnet que tu dois, sans cesse, porter sur toi ; et qu’il soit du papier teinté afin que tu ne puisses pas effacer mais que tu puisses faire du neuf avec du vieux, car ces choses ne peuvent pas être effacées, elles doivent au contraire être préservées avec grand soin, car les formes sont en nombre si infini que la mémoire n’est pas capables de toutes les retenir… » Léonard de Vinci

Pour l’élève, dessiner signifie reproduire le réel le mieux possible. Il faut donc l’aider à déconstruire cette représentation en lui montrant des dessins non figuratifs et en travaillant sur la notion d’esquisses, d’essais, d’études pour qu’il comprenne qu’on n’arrive pas « du premier coup » à ce que l’on cherche.

Petits exercices pour libérer le geste


Il existe des consignes ludiques pour s’exercer à la pratique du dessin sans s’inquiéter du « rendu «  et expérimenter gestuellement. L’objectif n’est pas forcément de « reproduire », l’élève peut se laisser guider par le plaisir du geste, des sensations, de la trace laissée, avec ou sans écoute musicale. Lorsqu’il s’agit de reproduire, la situation proposée « dédramatise » les résultats puisqu’elle ne permet pas une réelle ressemblance entre le modèle et le dessin.

Conseils :

– Proposer ces exercices sur des formats assez grands, A4 au minimum, avec des outils scripteurs qui glissent bien sur le papier : bon stylo bille, feutre fin neuf, fusain… de couleur foncée pour une bonne lisibilité de la mise en commun.
– Ne pas hésiter à proposer plusieurs fois le même exercice : plus on pratique, plus on acquiert de l’aisance dans le geste.

Dessiner :

  • sans lever le crayon (dessiner en un seul trait) ;
  • sans regarder la feuille ;
  • sans lever le crayon et sans regarder sa feuille ;
  • les yeux fermés ;
  • avec la main « qui n’écrit pas » ;
  • de plus en plus vite la même forme qui du coup se déforme et se transforme ;
  • dans un temps donné ;
  • en fermant les yeux en touchant avec son autre main les contours de l’objet qu’on veut représenter (le mettre dans un sac pour ne pas être tenté de le regarder) ;
  • avec les yeux ouverts, toujours en suivant les formes de l’autre main, sans lever le crayon ;
  • en proposant les trois consignes en même temps : fermer les yeux, suivre les contours des formes d’une main, dessiner de l’autre sans lever le crayon ;
  • en se tenant debout devant sa table ;
  • toujours en position debout en tenant son outil du bout des doigts.


Autoportrait, sans lever le crayon, les yeux fermés, en suivant d’une main le contour de son visage.

Bibliographie :
Carnets de dessins, D. Margalejo et S. Lugand, Magnard, 2005 – Une partie théorique et une partie avec des pistes pratiques autour de thématiques.

 

>> DOCUMENTS À TÉLÉCHARGER
– Article « S’entraîner à dessiner » (format .pdf)
– Diaporama « Œuvres de référence » (format .odp ou format .pdf)